Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BIENVENUE

"Le monde est fait pour aboutir à un beau livre"
Stéphane MALLARME

Je vous invite à découvrir et à partager  sur ce site mes  derniers "coups de coeur"
Bonne lecture à tous...

Rechercher

Laissez-moi un message....

   Vous avez aimé, vous avez détesté ?? Dites-le moi...Vous avez d'autres suggestions à faire, exprimez-vous....

Je compense le carbone de mon blog avec les Petits gestes écolos de bonial.fr<  

Notation

5  = grand "coup de coeur"
4  = très bon
3  = bon
2  = moyen
1  = bof

 = à oublier !

Les catalogues à consulter...

Livre de poche link

Folio link

Pocket link

10X18 link

Picquier poche link

Actes sud link

Points seuil link

 

Envie de cuisiner?....

26 mai 2022 4 26 /05 /mai /2022 19:19
Le gosse

Véronique OLMI

Albin Michel, janvier 2022

 

Le roman de Véronique Olmi, aborde le sujet des enfants d'après guerre qui se sont vus devenir pupilles de la nation. Je n'avais rien lu sur ce sujet jusqu'à présent.

 

Pupille de la nation, définition:  En France, la qualité de pupille de la Nation est attribuée par l’État aux enfants mineurs dont un des parents a été blessé ou tué lors d’une guerre, d’un attentat terroriste ou en rendant certains services publics.

 

 

Joseph est né après la première guerre mondiale. Guerre, dont son père est  revenu gueule cassée et qui en est décédé.

 

Il mène une vie paisible avec sa mère et sa grand-mère aux abords des quartiers de la Bastille, à Paris.

 

Mais tout bascule le jour où sa mère décède à son tour et qu'il se voit confier à l'état. Dans un premier temps, il est placé dans une famille d'accueil, où il n'y a ni présence, ni amour.

 

Puis, très vite, on l'emmène dans une maison de redressement, qui ressemble plus à une prison, et où l'on exploite cette main d'oeuvre gratuite, plus qu'on ne l'éduque. Ici, il n'y a pas d'éducation digne de ce nom; ici ne règne que l'ordre, la terreur et l'obligation de participer à des travaux harrassants aux champs, puis à la vannerie ou encore dans une blanchisserie.

 

Il n'y a pas de place pour la sollicitude, ni pour le bien-être, ni pour des soins de conforts. Quant à parler d'alimentation saine et variée cela est inexistant.

 

C'est avec beaucoup de réalisme, que l'auteure nous transcrit les sévices corporels et autres chatîments physiques et psychiques dont ont été victimes ces enfants. Pour cela, elle a fait beaucoup de recherches et s'est appuyée sur des documents officiels concernant le bagne de Mettray en Indre, lieu qu'elle a choisi pour le déroulement de son roman. ( je vous invite à faire une recherche sur internet pour comprendre l'ampleur des dégâts commis sur de jeunes enfants il y a moins d'un siècle...)

 

 

Un roman très noir, très sombre, mais qui relate la France d'une époque qui a bien existée.

 

Note:4 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires