Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

BIENVENUE

"Le monde est fait pour aboutir à un beau livre"
Stéphane MALLARME

Je vous invite à découvrir et à partager  sur ce site mes  derniers "coups de coeur"
Bonne lecture à tous...

Rechercher

Laissez-moi un message....

   Vous avez aimé, vous avez détesté ?? Dites-le moi...Vous avez d'autres suggestions à faire, exprimez-vous....

Je compense le carbone de mon blog avec les Petits gestes écolos de bonial.fr<  

Notation

5  = grand "coup de coeur"
4  = très bon
3  = bon
2  = moyen
1  = bof

 = à oublier !

Les catalogues à consulter...

Livre de poche link

Folio link

Pocket link

10X18 link

Picquier poche link

Actes sud link

Points seuil link

 

Envie de cuisiner?....

10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 22:11
Une nuit

de Elie WIESEL

Minuit, 2016

 

 

Récit autobiographique poignant et difficile mais néamoins lecture indispensable afin de ne pas oublier l'horreur qu'à connue l'Europe il y a moins d'un siècle. Ce récit m'a rappelé l'ouvrage de Primo Lévi "Si c'est un homme".

Elie Wiesel a été déporté en 1944 avec ses parents et ses soeurs  à Auschwitz, il n'a alors que 15 ans. Cet ouvrage a été rédigé à sa sortie et n'a été publié la première fois que dans les années 60.

Il vit et grandit en Transylvanie, est studieux et très pratiquant, étudie le Talmud, se rend régulièrement à la synagogue. Dès 1942,à Sigehrt, sa ville natale, on déporte, via des wagons, des juifs étrangers; pourtant cela ne semble pas heurter les habitants. Ce n'est qu'en 1944, lorsqu'eux-même seront jetés dans des wagons à bestiaux que la réalité leur saute aux yeux. Elie Wiesel, l'adolescent qu'il était alors, nous relate les faits: il découvre avec stupeur les camps de  concentration et l'objectif ultime des allemands nazis: exterminer les juifs. Il raconte la peur, la maladie,comment survivre chaque jour, tenir debout coûte que coûte, ne pas faiblir afin de sortir un jour, retrouver les siens. Il explique la perte d'identité, on n'est plus qu'un matricule, on subit la cruauté des tortionnaires, on subit la malnutrition: on est un estomac qui n'est jamais rassasié, dès qu'un co-détenu faiblit on guette sa mort afin de s'octroyer sa ration de pain. Elie restera avec son père tout au long de sa captivité, pourtant la maladie emportera ce dernier; Elie assistera à son agonie sans lui venir en aide.... longtemps cette image le hantera...

Evidemment, ce genre de lecture donne à réfléchir, evidemment on se dit "plus jamais ça" et pourtant où en sommes nous aujourd'hui? D'autres fanatiques, d'autres moyens d'exterminations..."l'homme est un loup pour l'homme"....

 

Note:5

 

Publié par stelou - dans Histoire
commenter cet article