Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BIENVENUE

"Le monde est fait pour aboutir à un beau livre"
Stéphane MALLARME

Je vous invite à découvrir et à partager  sur ce site mes  derniers "coups de coeur"
Bonne lecture à tous...

Rechercher

Laissez-moi un message....

   Vous avez aimé, vous avez détesté ?? Dites-le moi...Vous avez d'autres suggestions à faire, exprimez-vous....

Je compense le carbone de mon blog avec les Petits gestes écolos de bonial.fr<  

Notation

5  = grand "coup de coeur"
4  = très bon
3  = bon
2  = moyen
1  = bof

 = à oublier !

Les catalogues à consulter...

Livre de poche link

Folio link

Pocket link

10X18 link

Picquier poche link

Actes sud link

Points seuil link

 

Envie de cuisiner?....

6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 13:51

De Franck CONROY

Folio, janvier 2011

 

     Corps et âme

 

GENIALLISSIME !!!! Si vous n'avez pas encore trouvé de lecture pour vos vacances à venir, je vous recommande vivement ce chef-d'oeuvre!

 

Ce livre aurait très bien aussi pu s'intituler "éloge de la musique". On ne parle que de ça dans tout le roman !!

 

Non, non, pas de panique  ne fuyez pas en vous disant "ouh, lala, si ça parle que de musique ce n'est pas pour moi..." Je ne suis pas une spécialiste de musique et je n'ai jamais joué d'aucun instrument de ma vie....et pourtant je me suis laissée emporter par cette histoire fabuleuse. Difficile de vous en faire un résumé, l'ouvrage fait tout de même 680 pages! Pour une fois je vous retranscris donc la quatrième de couverture , en espérant que cela vous donnera envie de découvrir cet auteur!

 

( On m'a offert ce livre et franchement des comme ça je veux bien qu'on m'en offre tous les jours!!!)

 

A New-York, dans les années quarante, un enfant enfermé dans un sous-sol regarde les chaussures des passants. Pauvre, sans autre protection que celle d'une mère excentrique, Claude RAWLINGS semble destiné à demeurer spectateur d'un monde inaccessible. Mais dans la chambrer du fond, enseveli sous une montagne de vieux papiers, se trouve un petit piano désaccordé. En déchiffrant les secrets de son clavier, Claude va se découvrir lui-même: il est musicien.

Ce livre est l'histoire d'un homme dont la vie est transfigurée par un don. Son voyage, jalonné de mille rencontres, amitiés, amours, le conduira dans les salons des puissants, et jusqu'à Carnegie Hall....

La musique, évidemment, est au centre du livre-musique classique, grave et morale, mais aussi la pulsation irrésistible du jazz.Autour d'elle, en une vaste fresque foisonnante de personnages, franck Conroy brosse le tableau fascinant, drôle, pittoresque et parfois cruel d'un New-York en pleine mutation.

 

  Note:5 +++++ 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 13:58

de Milena AGUS

Livre de poche , janvier 2012

 

    Quand le requin dort

 

J'avais déjà lu, du même auteur "Mal de pierres" et "Battements d'ailes", romans que j'avais beaucoup aimé à ce moment là.

 

Je viens de terminer celui-ci et je suis franchement déçue. Pourtant, les différents critiques laissaient entendre que cet ouvrage ( son premier) était aussi bon que "mal de pierres" (qui l'a révélé au public), je ne partage pas cet avis.

 

On y retrouve ses thèmes de prédilection: l'amour, sous toutes ces formes,(ici entre les échecs sentimentaux d'une tante, les amours sado- maso de la narratrice et l'amour filial...on s'y perd un peu), elle nous parle aussi de musique, de croyances, des relations humaines souvent difficiles....On y évoque beaucoup de sujets, on avance lentement dans la lecture et on attend le dénuement avec impatience en espérant qu'il saura nous surprendre ( comme dans ses précédents romans) , mais nenni cela finit " en queue de poisson"....

 

Note:2

 

Partager cet article
Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 14:31

de Erri DE LUCA

Gallimard, mai 2011

 

  Le poids du papillon

 

AMI de la nature, ce livre est pour TOI !!

 

Ici, tu ne trouveras ni histoire d'amour, ni intrigue, ni humour encore moins une multitude de personnages.

Non, ici il n' y a que le roi et le braconnier; comprenez: un chamois qui domine ( par sa force et sa puissance physique) depuis des années une harde dans les Alpes et qui sent que cet hiver sera le dernier. L'homme, lui aussi est fort (bien que âgé à présent), agile dans la montagne (elle n'a aucun secret pour lui) et surtout très bon chasseur; sa dernière ambition: traquer la seule bête qui jusqu'à présent lui ai échappé: le roi.

 

Il est certain que ce genre de roman n'a rien à voir avec tout ce que j'ai l'habitude de lire, mais en même temps, malgré l'écriture, je n'ai pas été plus entousiasmé que ça.

 La nature: je préfère m'y promener ou la respirer plutôt que de me l'imaginer au travers d'un duel homme/chamois.

 

Note: 1

Partager cet article
Repost0
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 00:00

de Erica BAUERMEISTER

Livre de poche, mai 2011  

 

    LEcole des saveurs (pll)

 

La petite Lilian n'a que 4 ans lorsqu'on son père l'abandonne elle et sa mère. Cette dernière ne s'en remettra jamais et sombre dans une mélancolie et une tristesse profonde; elle n'arrive à atténuer son immense chagrin qu'en se  plongeant corps et âme dans la lecture.Lillian souffre de cette situation et souhaite plus que tout sortir sa mère de cet état léthargique, mais que faire? Alors qu'elle n'est encore qu'une toute jeune adolescente, elle pense avoir trouvé le remède qui guérira sa mère: en lui faisant la cuisine, en lui mitonnant les meilleurs plats qui soit, afin qu'une fois pour toute elle oublie....

 

Bien des années passent, à présent Lilian, dirige un restaurant et n'a rien à envier aux plus grands chefs de la gastronomie.

Mais cela ne lui suffit toujours pas, il faut encore qu'elle se surpasse et qu'elle partage sa passion dévorante pour la cuisine. Donc tous les lundis soir, elle anime des cours de cuisine au sein même de son restaurant. Ainsi donc nous allons suivre la destinée d'une poignée d' élèves que rien ne prédestinait à suivre ce fameux cours!

 

Ce roman m'a donné l'impression de lire 2 nouvelles: dans la première on nous présente l'enfance de Lilian et sa croyance toute naïve et puérile de pouvoir sortir sa mère de son chagrin. Et dans la seconde, on retrouve une jeune femme avec du caractère, ayant réussi professionnellement et qui dispense des cours de cuisine plus efficace qu'une séance chez un psy!

 

Un roman d'été comme j'aime, léger qui nous fait rêver  et qui arrive à nous faire  croire que dans ce monde  tout est possible et réalisable....Mais attention, ce roman risque fort de  vous ouvrir l'appétit....Avis aux gourmand(e)s....

 

Note:3

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 09:22

de frances DE PONTES PEEBLES

Points seuil, 2009

 

    La couturière

 

Cela faisait bien longtemps que l'on n'avait pas parlé de lecture sur ce blog.....Il faut dire que l'envie n'était pas au rendez-vous, mais avec le retour du soleil et des romans "légers" de l'été, j'ai trouvé chaussure à mon pied.

 

"La Couturière" m'a donc accompagné durant tout ce mois de juin, il a bien fallu tout ce temps pour dévorer ces quelques 850 pages....Et, non, je n'ai pas abandonné cette lecture en chemin, elle a été suffisamment prenante et intrigante pour que je l'a poursuive ( à mon rythme un peu lent, certes...)

 

L'histoire se déroule au Brésil de 1928 à 1935. Nous suivons le destin plus ou moins tragique de 2 jeunes femmes qui ne sont encore que des adolescentes au début du roman. Elles sont soeurs et se prénomment Emilia et Luzia. Elles sont aussi orphelines et vivent sous le toit de leur tante Sophia. Leur journée sont rythmées par le travail domestique, les travaux de couture avec leur tante mais aussi, une fois par semaine, par leur cours de couture, prodigué par un bel homme venu de la capitale.

Emilia est belle, dévore les magazines de mode et ne rêve que d'une chose: quitter Taquaritinga, ce pauvre petit village où tout le monde épie vos moindres faits et gestes et où tout est régi par des coutumes archaïques.

Luzia, la plus jeune est grande, très grande pour une fille, maigre et surtout infirme ( suite a une mauvaise chute son bras droit est resté plié à jamais) cela ne l'empêche pas d'être une couturière hors pair comme son aînée.Elle a aussi beaucoup de caractère et rien ne l'effraie. Elle aussi souhaite quitter ce village où pour tout le monde elle est "Victrola".

 

Un jour des mercenaires, des cangaceiros, débarquent dans le village et enlèvent Luzia. A partir de ce jour, les deux inséparables soeurs ne se reverront plus et vivront chacune un destin bien différent loin de Taquaritinga, mais l'avenir leur réservera bien des aléas plus ou moins heureux; et malgré la distance physique qui les éloignent l'une de l'autre elles resteront à jamais très proches par le coeur.

 

Note: 5 coeurs

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 15:05

de Paola CALVETTI

10X18, juin 2010

 

L'amour est à la lettre A

 

Un roman qui tourne autour du livre, du monde de la librairie, de l'amour....Voici un programme qui me semblait plus qu'alléchant...

L'histoire est pas mal, mais je m'attendais à quelque chose de nettement mieux ; je suis un peu déçue par l'approche que fait l'auteur du monde de la librairie.Tout semble tellement simple et facile dans ce roman, alors qu'il faut s'armer de courage, de volonté, d'une super forme physique, d'un moral d'acier et avoir un pécule non négligeable pour que cela tienne la route, ici tout est rose: on trouve les locaux, on fait les yeux doux au comptable, on a même une assistante! Pas de cartons à déballer, pas de livres à retourner .... et en plus on agrandit très vite la surface de vente et on diversifie les produits: la librairie devient ainsi librairie-café (ok, passe encore), puis hôtel (ah bon?), et auberge , mais notre protagoniste ne s'arrête pas en si bon chemin elle vendra aussi, bougies d'ambiance, papiers à lettres , fleurs....  et j'en oublie....Ok, il faut faire du chiffre d'affaire, mais n'est-ce pas un peu tirer par les cheveux??

Je ne suis pas certaine que Mme Calvetti connaisse réellement le fonctionnement d'une librairie, la sienne est bien trop idyllique. Ceci dit, s'il devait y en avoir une telle dans mon quartier je m'y précipiterai....

Ayant côtoyé ce monde de très près, je ne suis peut-être pas assez objective, mais cela m'a dérangé dans ma lecture et je tiens à le signaler.... Mes ami(e)s lecteurs y trouveront certainement leur compte....

 

Petit résumé: Emma, 50 ans, vivant à Milan, décide du jour au lendemain de plaquer son boulot de traductrice pour ouvrir une librairie. Comme vous l'aurez compris tout se déroule sans accrocs :0)!

En parallèle, nous suivons ses amours. En effet, grâce à l'ouverture de cette même librairie elle va retrouver son premier amour: Federico. Malheureusement, celui-ci est architecte et vit à New York. Démarre alors une correspondance secrète entre les 2 personnages, qui vont se redécouvrir et s'aimer à nouveau....

 

Vous l'aurez compris, un bon roman pour l'été, malgré certaines descriptions sur le monde de la librairie qui ne collent pas à la réalité.

 

Note:♥♥♥♥

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 17:52

de Tamara MCKINLEY

Archipoche, janvier 2007

 

  La dernière valse de Mathilda

 

Alors là, je termine l'année en beauté! Ce roman est envoûtant, dépaysant et on se laisse littéralement happer par l'intrigue.

 

Mathilda n'a que treize ans lorsqu'elle enterre sa mère et qu'elle hérite du domaine de Churinga au fin fonds du bush australien, terre aride où règne une chaleur étouffante et où éclate des orages secs. Difficile de tenir tête à un père tyrannique et alcoolique et de maintenir le domaine en état, tout en essayant d'effacer les nombreuses dettes laissées par ce dernier.

 

50 ans plus tard à Sydney . Jenny n'a pas 25 ans qu'elle se retrouve veuve et qu'elle a perdu son fils de 2 ans.

En revanche elle hérite du domaine de Churinga. Rien de tel qu'un petit voyage en pleine campagne pour se changer les idées...Arrivée sur place, rien ne se passe comme elle l'espérait. Le directeur se montre froid et agressif, les voisins convoitent Churinga de manière impitoyable et surtout Jenny tombe sous le charme de ces terres. De plus, elle y découvre le journal intime de Mathilda et il n'y aura pas d'autre moyen de comprendre "le mystère Churinga" qu'en lisant la totalité de ces écrits.

Ces terres sont-elles vraiment maudites, comme le laisse présager la lecture des  premiers chapitres ?

 

Note:♥♥♥♥♥

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 12:37

d'Elif SHAFAK

10x18, septembre 2008

 

  La bâtarde d'Istanbul

 

Il y a un an je vous parlais du dernier roman publié par Elif Shafak: Lait noir ; aujourd'hui il s'agit d'un de ses premiers romans et certainement le meilleur.

On y trouve toujours les mêmes thématiques: les femmes, la Turquie et ses croyances, les djinns, le Bosphore, l'importance de la famille, l'histoire politique de ce pays et le tout saupoudré de quelques secrets bien cachés.

A cela vous ajoutez une famille d'arméniens émigrés aux Etats-unis dans les années 20 et qui attache beaucoup d'importance à ses traditions et son identité.

D'un côté donc, nous avons Asya elle vit au milieu de ses tantes et de sa mère. Les hommes meurent jeunes dans cette famille et le destin semble s'acharner chez les Kazanci, il n'y a visiblement pas de place pour le sexe dit "fort".

De l'autre nous avons Armanousch, sa mère est américaine, son père arménien; ils sont séparés et Rose vit à présent avec Mustafa, il est turc et c'est l'oncle d'Asya. Quelle est la véritable identité d'Armanousch au milieu de toutes ces cultures, croyances et traditions? Rien de tel qu'un petit voyage à Istanbul pour comprendre le passé de sa grand-mère et donc son histoire....

Tout semblait opposer ces deux jeunes femmes et pourtant elles sont bien plus proches qu'elles ne s'y attendaient....

 

Note:♥♥♥♥

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 09:43

D'Oscar WILDE

Livre de poche

Le Portrait de Dorian Gray par Wilde

 

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu de "classique" et j'avoue que malgré mes études de lettres il me faut encore combler quelques lacunes....J'ai donc farfouiller les étagères de ma bibliothèque et me voilà nez à nez avec Oscar W.

Est-il vraiment nécessaire d'en faire un résumé? Tout le monde connaît plus ou moins l'histoire....Dorian, jeune homme au physique d'Apollon se prête volontiers à jouer le "modèle "pour un de ses amis peintre. Le tableau est une pure réussite et sa beauté n'en est que plus mis en valeur. C'est lors d'une séance de pose que Dorian fait la connaissance de Lord Henry, une amitié sans faille va naître, bien que ce dernier lui fasse très vite comprendre que la beauté n'est pas tout et que tout mortel est amené à vieillir!!

Stupeur! Dorian souhaite alors garder la jeunesse éternelle et que son autre Moi, celui du tableau, vieillisse à sa place....Aurait-il , à ce moment, pactisé avec le diable? Il ne s'en rendra compte que plus tard, mais visiblement son voeu sera exaucé....

On comprend très vite le fil de l'histoire, il y a une partie que j'ai trouvé très ennuyeuse et longue, mais dans l'ensemble c'est agréable à lire. Cela m'a beaucoup fait pensé à La peau de chagrin de Balzac

 

Note:♥♥♥

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 20:10

d'Haruki MURAKAMI

10X18, novembre 2009

 

  Kafka sur le rivage : Edition spéciale

 

Étrange, voilà le mot qui me vient à l'esprit pour définir cet ouvrage. Difficile de vous en faire un résumé, il y a tellement d'éléments et de genres différents dans ce roman que je ne saurai vous dire exactement ce qui le définit le plus.

Le réel et l'irréel s'y mélangent , le présent et le passé s'y côtoient; le mythe d'oedipe est omniprésent, Kafka Tamura (personnage central du roman) 15 ans , fugue et part à la quête de soi, de sa vérité mais il fuit aussi et surtout la prédiction de son père, enfin Nakata parle aux chats....Roman fantastique, fantasmagorique, historique, surnaturel...Non vraiment je ne sais pas où le classer et j'avoue ne pas être certaine d'avoir compris toute l'histoire au final.... :0)

Pourtant, j'ai ingurgité les quelques 630  pages en très peu de temps! L'écriture vous tient en haleine et l'auteur parvient à faire passer les émotions de ses personnages. Mais étant de nature assez rationnelle il est certain que des "subtilités poétiques" ont dû m'échapper...

 

Note:♥♥♥♥

Partager cet article
Repost0